Comment la cuire, la omelette

Salut les poussins!

J’espère que vous avez passé un chouette réveillon! Moi j’ai fait des feux d’artifice! En pleine ville et avec des mortiers! Je dois en avoir buté entre 23 et 120!

Comme y’en a qui ont faim, des fois, alors je vais vous donner une recette. La recette de comment que l’on fabrique une omelette.

Les œufs

Tout premièrement d’abord, il faut des œufs. Comme le Vietnam n’est pas encore démocratisé (encore quelques milliers de tonnes de bombes et de veuves), les Niakoués sont pauvres. Alors trouver du poulet c’est vachement un peu difficile. Il faudra donc épier un village, trouver un poulet, attendre ses menstrues calcaires et ensuite piquer les œufs. Donc un par jour.

Comme dit le proverbe qu’il faut pas casser des œufs sans faire d’omelette : « pas d’omelette sans casser les œufs », il faudra donc casser les œufs. Préférablement dans une casserole.

La casserole

Si on veut faire cuire des machins sur le feu, c’est recommandé d’en avoir. Si t’as déjà cassé tes œufs et que tu viens de te rendre compte que t’as pas de casserole, va falloir faire de vite. Garde les jus d’œufs entre tes mains et magne-toi. Dans le pire des cas tu te feras un sandwich et ce qu’il te restera collé entre le doigts te servira à faire des blagues d’enrhumés aux gens inconnus autour de toi, ahahah! J’suis trop de drôle!

Si t’as une pôele, bah tant mieux. Si t’es dans la jôngle comme moi, le plus facile reste de trouver une carcasse de tank et de prendre la tourelle (le blindage est moins épais sur la tourelle).

La viande morte

Pour la viande, frépérablprénéfabl… merde! C’est mieux si tu trouves un bon piaf à plumer, de préférence une oie. Le problème avec les oies, c’est que y’en a deux; elles jouent pas aux cartes et c’est que c’est les Viking qui les ont toutes. Va falloir aller balancer de la démocratie dans leurs casques. J’opte pour le discret M-60 et le chouette M9.

1700 degrés celsius de démocratie!
1700 degrés celsius de démocratie!

Après être monté en Scandinavie et avoir décimé trois villages de Vikings, faut trouver une oie maintenant. Une fois l’oiseau trouvé, faut trouver un drakkar et reviendre au Vietnam où l’omelette elle attend. C’est désormais une question de temps avant de pouvoir savourer le délicieux repas!

Les herbes

D’habitude pour les herbes un vrai mâle n’en utilise pas. Mais si y’a des tarlouzes d’écolos en vélo tandem qui me lisent, beh mettez les herbes que vous voulez. Tant que c’est vert ça marche.

Le cuisement

Maintenant on balance tout sur la casserole et faut trouver un feu. D’habitude on en fait avec un frottement de cailloux ou en incendiant un village à coup de napalm, mais si y’a des tafioles de militants pro-bébés pandas sans gluten qui me lisent, beh y’aura toujours le combustible à piles pour le camping.

Bonne bouffe les poussins et n’oubliez pas: si vous devez détruire quelconque forme de vie pour vous nourrir, c’est que c’est bon pour la santé!

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s