Chasser le cochon sauvage

Alors comme ça Noël approche et ta petite nièce veut pas manger les huîtres parce que ça ressemble trop à de la morve (elle a pas tort)? Alors tu te dis qu’une bonne claque sur sa gueule qu’un autre met s’impose, mais tu sais pas lequel? Ça tombe vachement de bien parce que j’ai la solution (ah bah oui comme toujours!)!

Grâce à moi, aujourd’hui tu vas pouvoir ramener du bon cochon bio sans gluten à ton réveillon et vu que c’est quand même 300 kilos, ben tu sais quoi manger jusqu’au mois de mars! Aujourd’hui je vais t’apprendre à chasser le cochon sauvage! (et non, aller acheter des croquettes de poulet au magasin ne suffiront pas)

Le cochon sauvage c’est quoi?

C’est comme un vrai cochon domestique tout rose, mais genre son cousin gitan tout crade qui vit par ses propres moyens, donc qui paye pas d’impôt.

peppa-1100x715
Cochon domestique classique
wild-boar
Marcel, le cousin un peu crade du cochon domestique, celui qu’on va chercher à tuer dans cet article

Pour bien chasser une proie, il faut y aller logiquement en suivant ces étapes. Notez que ça vaut pour les traques humaines aussi.

Aller dans le territoire de l’animal

Ben oui, t’attends pas à du gros cochon en allant chasser à l’Élysée. Quoique…

Donc il faut choisir une forêt bien sauvage et bien dense, un peu comme la peau du dos de ma tatie, celle qui est tellement grosse qu’elle utilisait des codes triche pour sa Wii Fit.

Une fois dans le territoire il faut marcher trèèès loin pour aller dans la partie la plus sauvage qu’il faut. Il faut apporter une carte et sacher la lire (tiens à ce propos).

Les empreintes

Pour être un bon chasseur, il faut sachoir bien reconnaître les empreintes qui en diront gros sur la bête en question.

Évidement dois-je dire qu’il faut aller dans la même direction que les empreintes où qu’ils vont? J’espère que non!

Après il suffit de suivre cette trace, et vu qu’on est pas dans Scooby-Doo, les traces vont pas s’arrêter tout connement devant un mur, alors sois attentif steplait, j’ai pas envie de répéter.

Quand chasser

Chasser est un art, un art de mâle alpha, ou de n’importe quoi qui chasse et qui mange pas que des légumes.

Pour bien être bon dans cet art, il est cénéssaire, cécénaire, nénéraire, bordel il est dur ce mot!, il est vachement important de connaître les habitudes de vie de la proie, un peu comme le film avec Schwarzy avec le Prédateur.

predator
Non pas ce prédateur-là

Pour ce qui est du cochon sauvage, tu le peux chasser de jour, mais aussi la nuit, quand monsieur va renifler les nanas et les truffes qui sont cachées sous les feuilles mortes. Et grâce aux empreintes trouvées plus tôt qui sont par terre (ben oui c’est logique qu’elles soient par terre parce que sinon dans les arbres c’est un cochon volant) tu sauras où c’est qu’il est son territoire.

foret
Territoire de chasse de jour
nuit
Même scène mais la nuit, c’est plus difficile

 

Choisir ses armes

Une de mes parties préférées.

Ici il faut pas abîmer la viande. En fait c’est tout le contraire que quand tu tues des Niakoués. Ici il faut pas gaspiller alors il va falloir y aller de manière ancestrale; avec des armes de poing.

Mon top 5 des meilleures armes pour la chasse:

  • À mains nues (oh tu te calmes tout de suite! Ma main elle est pas nudiste, eh gros pervers!)
  • Au couteau (parfait pour ouvrir une jugulaire)
  • À la lance (mais ça abîme quand même un peu faut faire gaffe)
  • À la sarbacane (à ne pas confondre avec l’instrument des joueurs de Blues que tu souffles dedans parce que t’es triste)
  • Au piège ancestral (le truc avec la corde, les feuilles, et les gens qui restent pris dans le filet dedans)

Ah merde j’avais oublié: l’arc à flèches, vraiment cool!

Faire un bon piège

Il y a deux catégories; les bons pièges et les mauvais pièges.

piege
Ça c’est un bon piège, bravo!
spam
Et ça c’est un mauvais piège, pas bravo. Putain mes yeux!

Dernière étape – Dépecer l’animal

Si on soutient que tu l’as tué ton cochon.

Là il faut ton couteau (ouaaaiis!). Il faut ouvrir au niveau du ventre et ensuite faire sortir tout le sang et les boyaux dégueu que y’a juste ta grand-mère qui a vécu la famine qui voudrait les avoir pour faire de la soupe avec.

Après tu coupes la peau et tu te fais un chouette chapeau avec et le reste tu fais cuire.

tropic-thunder-19
Ouais toi t’as tout compris!

Mot de la fin

Ben voilà! Sans cochon, pas de manger, pas de manger pas de chapeau! C’est aussi simple!

En attendant votre nièce elle va être rudement de contente de pas avoir de bol de morve pour Noël! Une bonne cote de porc fraîchement dépecé et assaisonné ça lui fera le plus grand bien!

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s